Boite mail infestée

Bonjour, depuis ce we une de mes boites mail est complètement infesté de message undelivered.
Que dois je faire ?
merci de votre aide
Cdt

Bonjour !

Difficile de savoir… il y a en a peut être d’autres, mais je ferais 2 hypothèses:

hypothèse 1: Il se pourrait que quelqu’un·e utilise votre adresse pour engendrer des pourriels.
Il faudrait voir l’origine et les destinataires de ces messages non délivrés.
Première chose à faire au cas où: changer le mot de passe messagerie.

hypothèse 2: vous utilisez un service de listes de diffusion avec comme adresse de réponse votre adresse de messagerie. Il y a de nombreuses adresses en erreur car la liste est très importante ou pas à jour.
Je pencherais pour cette hypothèse…

Mais il faudrait savoir ce que contiennent ces « undelivred mail » pour connaître leur origine…

Coopérativement,
Phil Cherp

1 Like

Désolé d’avoir un peu tardé

Cela faisait suite à un site visité : sissel (kinésithérapie)

Voici des messages

  • These recipients of your message have been processed by the mail server:
    thomasprince997@gmail.com; Failed; 4.4.7 (delivery time expired)
    Delivery has failed to these recipients or groups:

nico123@hotmail.it
A communication failure occurred during the delivery of this message. Please try to resend the message later. If the problem continues, contact your email admin.

Merci

Bonsoir,

à priori, le motif de non-distribution n’est pas alarmant.

Mais ces indications ne me semblent pas suffisantes pour comprendre ce qu’il se passe. En fait, ce qu’il faudrait savoir, c’est quelle est l’adresse et le serveur qui ont envoyé ces courriels, et quelle est la nature de ces courriels:
est-ce que ce sont des spams ?
est-ce une adresse d’envoi connue et un envoi volontaire ?
=> on devrait avoir quelques indication dans les retour-erreur (ip du serveur qui répond, de celui qui a envoyé (pour voir si ça vient bien d’Ouvaton).

Utilisez-vous une liste de diffusion/discussion (chez Ouvaton) avec un nombre très important d’abonnés?

Coopérativement,
Phil Cherp